Trilogie PANAMA

∼ L’histoire d’Emma et Esteban ∼

Edité chez L’ivre-Book

Trilogie Panama   Tome 1 - Affranchis-moi

Laissez-vous emporter dans un tourbillon d’émotions, de sensualité et d’amour dont vous ne ressortirez pas indemne. Les révélations du tome 2 vont vous exploser au visage pour vous marquer du seau de la passion.

Trilogie Panama

Résumé du tome 2 – Punis-moi.

Sortie le 23 juillet 2016  (version numérique)

« Emma commence sa nouvelle vie à New York avec Esteban. Avoir quitté la France pour son bel amant a été une décision importante dans sa vie, la meilleure sans doute. Elle travaille maintenant dans une clinique réputée de Manhattan où son expertise française est appréciée par tous. Esteban, quant à lui, n’a pas menti. Il lui a ouvert les portes de ses clubs privés où strip-tease et voyeurisme s’exposent sans artifice. Les semaines passent vite et se ressemblent et Emma commence à voir l’homme qu’elle aime tant, s’éloigner. Entre questionnements et doutes, elle vit au fil des révélations et des décisions qui la mèneront jusqu’au moment où une rencontre va bousculer ses certitudes ».

Trilogie Panama

Extrait N° 1 : 

« …

Je le fixe dans le miroir, ses yeux plongent dans les miens, il y voit certainement que je vais bien, et cela le rassure, je peux le lire sur son visage dont les traits se détendent. Il m’embrasse l’épaule, le cou, fait glisser les bretelles de ma robe sur ma peau parfumée et découvre un de mes seins sur lequel il vient faire courir sa langue.

— Pas ici Este…

Son index se presse sur mes lèvres, une de ses mains effleure mon cou et descend jusqu’à m’empoigner le sein déjà torturé, tandis que son autre main trouve son chemin le long de mes cuisses, pour remonter langoureusement vers la moiteur de mon entrejambe. J’halète mais reviens à la réalité d’un coup.

— Arrête on peut nous entendre !

— A toi de faire en sorte que non ma douce.

Et il reprend ses caresses qui se font plus intenses et plus fouineuses. Ma respiration se saccade, je connais ce chemin, celui où Esteban sait sur quoi appuyer et cela marche car la seconde d’après mon inquiétude a disparu, je quitte la réalité, plus rien n’existe, juste lui et moi en fusion. Sa bouche aspire mon téton, ses mains remontent sur mon ventre puis mon cou pour s’accrocher à mon collier. Il tire dessus d’un coup et ma bouche vient embrasser la sienne. Son regard se fait animal, j’y vois le pouvoir qu’il exerce sur moi et la domination qu’il installe de plus en plus depuis notre arrivée à Manhattan et j’aime ça. Il se saisit de la chaîne sur mes épaules, me l’enlève et me prend les mains, qu’il tire dans mon dos afin de me ligoter les poignets.

— Esteban.

— Parle encore et je te bâillonne avec ta robe ! « 

 

 

Trilogie Panama
Extrait N°2 : 

« …

Ses lèvres distillent des dizaines de petits baisers dans mon cou, ses mains glissent dans mes cheveux.

— Arrêtes tu vas me décoiffer, j’y ai passé du temps.

— Tu ne resteras pas coiffée longtemps de toute façon.

— Ah bon, mais pourquoi ?

— Sais-tu que j’ai envie que tout le monde te voie ce soir ?!

— Tu ne vas pas m’exhiber tout de même ? demandé-je inquiète.

— Pas du tout.

— Me voilà rassurée.

Nous quittons l’appartement et une fois devant l’immeuble je me rends compte qu’Esteban a sorti le grand jeu. Une limousine nous attend et je commence à me questionner sur la tournure de notre soirée.

— Qu’y a-t-il ma douce ?

— Est-ce nécessaire de se faire remarquer avec une telle voiture ?

— Tu n’aimes pas ?

— C’est un peu visible. J’aurais préféré quelque chose de plus discret.

— D’accord et tu préfères quoi ? La Ferrari ? La Porsche ? La rouge, la jaune, la bleue ?

Vu comme ça c’est sûr que peu importe la voiture, nous nous ferons remarquer de toute façon.

— Dis-moi ce que tu préfères.

— Une voiture qui tranche avec ma robe, dis-je en souriant.

— Très bien Madame Jourdan.

Il s’éclipse et se dirige vers le conducteur qui repart seul dans sa belle limousine.

— Viens, ordonne-t-il.

Nous prenons l’ascenseur et descendons au sous-sol où Edouardo nous attend.

— Mais… ce n’était pas Edouardo le chauffeur de la limousine ?

— Choisis une clé, me dit-il en me tendant les deux clés, sigles dans la paume des mains, qu’Edouardo vient de lui donner avant de reprendre l’ascenseur.

— Celle-ci.

— Très bon choix Madame Jourdan, mais on va prendre celle-là.

— Pourquoi me demander de faire un choix si tu le contredis au final ?

— Parce que je pensais que tu allais choisir celle-là.

— Je suis frustrée.

— Ne me tente pas chérie. Tu ne connais rien de la frustration.

Nous nous dirigeons vers les multiples bolides et il s’arrête devant une housse recouvrant certainement la voiture qui va nous conduire ce soir. Elle paraît plus petite que les autres.

— Ne te fie pas à la taille ma douce.

Empourprée je baisse les yeux. D’un coup sec il dégage la housse et découvre la voiture. Cette fois mes yeux en disent long. Je la regarde, aussi rouge que ma robe et d’une brillance qui rivalise avec mes bijoux. Le sigle GTB orne sa carrosserie.

— Elle te plaît ?

— C’est une Ferrari comme toutes celles que tu possèdes déjà.

— Tu plaisantes là ? Ce n’est pas n’importe quelle Ferrari. C’est une 599 GTB !

— Et alors ? Cela n’en reste pas moins une Ferrari, elles se ressemblent toutes, lui dis-je un peu stressé par la soirée qui m’attend.

— Regarde ses courbes, exulte-t-il en la caressant. Touche le capot, vas-y !

Il prend ma main et me fait caresser la carrosserie.

— Tu sens ?

— Que dois-je sentir exactement ?

— Ses déliés, ses rondeurs, sa douceur. Ferme les yeux tu sentiras mieux.

— Esteban.

— S’il te plaît, ferme les yeux.

J’acquiesce et ferme mes yeux. Une main autour de ma taille et l’autre sur ma main posée sur le capot, il me fait me déplacer en effleurant du bout des doigts son jouet. Je me prends au jeu et fais ainsi le tour de cette voiture bien plus imposante que ce que j’aurais cru. Une portière s’ouvre et les yeux toujours fermés, je me laisse guider jusqu’à mon siège. Parfaitement installée, j’ouvre mes paupières et découvre son intérieur. En cuir jaune et noir, l’ambiance est chaude et confortable. Esteban monte à son tour et m’offre le sourire qu’un enfant pourrait montrer en ouvrant le cadeau qu’il attend depuis longtemps.

— Touche le tableau de bord.

— Esteban s’il te plaît.

— Emma, fais-moi plaisir, touche ce tableau de bord.

Ma main se pose délicatement devant moi et sans qu’il me le demande je ferme à nouveaux les yeux. Je sens sous mes doigts un quadrillage assez froid puis rapidement la douceur et la chaleur du cuir.

— Prête ? « 

 Trilogie Panama

Extrait N°3 : 

Prochainement

Trilogie Panama

En vente sur L’Ivre-Book ici 

 

Trilogie Panama

 

Le tome 1 est sorti en numérique et en papier dédicacé dans ma boutique

Le tome 3 sortira en décembre 2016 en numérique.

Eva boutique